Recherche: 
 >>> Recommander ce site  Nederlands   Deutsch   
Accueil Contact Liens Fonds d'écran Plan-Région Météo Agendas Folders Configuration ?

DECOUVERTE - RAVEL lignes 38/39 - Anciennes gares/lignes  Version imprimable
 Schéma des lignes
 Gare de Hombourg
 Gare de Hindel
 Gare de Montzen
 Gare de Plombières (1)
 Gare de Plombières (2)
 Gare de Gemmenich
 Gare de Moresnet
 Rail occupation nazie


La gare de

FES
Gare de Moresnet

Cette petite station était édifiée pratiquement sous l'imposant viaduc du même nom, construit quant à lui durant la guerre 14-18 par l'occupant.
Elle était le point de départ d'une bifurcation pour ne pas dire une «trifurcation», soit: la double voie vers Plombières, la ligne 39B vers La Calamine, et au centre de ces deux liaisons, un raccordement.

Celui-ci fut implanté, dès 1889, à la demande de monsieur Armand SUERMONDT.

Ce personnage était patron d'une carrière qui se situait non loin du futur viaduc...
Cette carrière cessa probablement toute activité au plus tard en 1929, car c'est cette année-là que le négociant en produits de toutes sortes KLINKENBERG reprend le raccordement à son nom.
Il l'utilisera jusqu'en 1939.

Un autre raccordement situé sur la ligne 39B vers La Calamine, desservait le moulin SCHYNS, et se terminait dans un hangar.
Il existait déjà en 1925 mais se trouva en «chômage longue durée», lors de l'abandon des lignes 39 et 39B le 18 mai 1952.

Gare de Moresnet, ......à remarquer que le Viaduc n'est pas encore là... En gare même, l'une des deux voies de la cour à marchandises était utilisée par la société ROPET, encore dénommée CERAMIQUES DE L'EST.

Nous ne pouvons malheureusement préciser sa période d'existence.
Vers 1946-47, la petite gare connaît un regain d'activité peu banal suscité par la guerre; un certain Monsieur MAYER rachète à l'armée américaine des dizaines de Jeeps, inutilisées, et bien souvent mal en point.
Après un reconditionnement complet, elles sont chargées sur wagons plats, et expédiées.
Le chargement des Jeeps, transversalement par rapport à la voie, constitue l'originalité de ce transport!

D'autre part, en mai 1946, l'armée signale par voie de presse la vente prochaine de 1500 WILLYS.
En état de marche au prix unitaire de 49.000 francs, et qui pourrait faire l'objet d'une remise de 15 à 20%.

Un dernier raccordement attisera l'activité marchandises de Moresnet.
Celui-ci, situé à mi-distance de Plombières desservait la carrière et le four à chaux de Monsieur BROCK.
Il ne survécut pas à la «drôle de guerre»...

Le bâtiment des recettes subira la pioche en 1958.

Aujourd'hui, la nature a repris ses droits, et seul un déboisage intensif de la zone permettrait de retrouver quelques traces du site...


Disclaimer | Copyright © 2004 S.I.3F & HB Webdesign - Last Update: 01/12/2010 17:36:02