Recherche: 
 >>> Recommander ce site  Nederlands   Deutsch   
Accueil Contact Liens Fonds d'écran Plan-Région Météo Agendas Folders Configuration ?

L'ancien viaduc Hammerbrücke (Syndicat d'initiative trois frontières)
Découverte - Attractions touristiques - La Hammerbrücke  Version imprimable




 L'ancien viaduc
 Le nouveau viaduc

L'ANCIEN VIADUC (HAMMERBRÜCKE)

C'est au printemps 1841 que débutèrent les travaux de construction du viaduc de Hammerbrücke. Situé sur la ligne 37 (Liège-Allemagne), entre Astenet et Hergenrath, il enjambe un petit cours d'eau qui répond au doux nom de Gueule. L'ouvrage primitif comprenait deux étages, dix-sept arcades étant supportées par treize cintres.

Ses dimensions étaient de 206,5 m pour la longueur, 8,47 m pour la largeur et 37,6 m pour la hauteur. Il fallut quelque huit millions de briques pour l'édifier et il coûta 2,5 millions de thalers prussiens, soit 1,2 millions de francs belges de l'époque. Un premier train le franchit - à l'essai - le 22 août 1843 et l'inauguration se déroula le 15 octobre suivant.


Mais, en 1940, la Belgique se rappela que les Allemands avaient utilisé ce viaduc en 1914 pour acheminer du matériel militaire. Il n'était donc pas question de laisser se reproduire ce fait et, dans la nuit du 9 au 10 mai, un groupe de soldats de la 3° compagnie du ler régiment de cyclistes-frontière du génie reçut l'ordre de le détruire. Les dix soldats, sous le commandement d'un sous-lieutenant du 28° génie, durent placer 150 kg de TNT sous les piliers 1, 2 et 3, côté Hergenrath.


Le commando se réfugia dans un abri construit entre les 8e et 9e piliers, soit à 80 m des charges, Ces dernières étaient sans doute trop fortes car, le viaduc s'effondra jusqu'au 8e pilier, ensevelissant les hommes, dont deux purent être dégagés vivant des décombres. Au prix d'un lourd tribut humain l'objectif était réalisé car, durant de longs mois, le trafic ferroviaire sur la ligne fut paralysé.

Les Allemands s'attelèrent à reconstruire l'ouvrage dès le mois de juillet et, après l'éclatement des hostilités avec l'Union soviétique le 22 juin 1941, ils utilisèrent des prisonniers de guerre russes pour y parvenir.



D'abord trois piliers en béton furent élevés sur lesquels furent déposés quatre tabliers métalliques, ce qui permettait de circuler sur une seule voie. Cependant les besoins militaires rendirent nécessaire un deuxième pont avec une seconde voie. Pour ce dernier, deux tabliers métalliques furent posés, s'appuyant au milieu sur un pilier en béton et aux extrémités sur les vestiges du viaduc originel. Les travaux s'achevèrent en septembre 1944 mais, quelques jours plus tard, les Allemands dynamitèrent à leur tour les deux ponts.


Cette fois, ce furent les Américains qui réparèrent le pont à armature supérieure qu'ils remirent en service en 1945, celui à armature inférieure ne pouvant être réutilisé avant 1948.

Source: Verviers-Hergenrath, l'escapade vers l'est, de Georges Henrard, inspecteur de la SNCB.


Disclaimer | Copyright © 2004 S.I.3F & HB Webdesign - Last Update: 12/12/2016 15:56:08